ikebukuroComme beaucoup, j’ai grandi en regardant des dessins animés japonais et en lisant des mangas. Même si je ne lis plus de mangas depuis bien longtemps, j’ai gardé une petite sensibilité pour tout ce qui touche au Japon.

Lors d’une de mes nombreuses expéditions à la bibliothèque, mon attention a été attirée par ce livre  seul en bout de rayon : Ikebukuro west gate park.
Ce qui m’a attiré ? Le titre je pense, le nom Ikebukuro a probablement du faire remonter à la surface de vieux souvenirs. Après une rapide lecture du résumé (mouais…), j’ai décidé de l’emprunter ( rien à perdre après tout! ).

A la lecture des premières pages on est immédiatement plongé dans l’univers de Makoto, jeune habitant du quartier Ikebukuro de Tokyo qui ne sait pas quoi faire de ses journées. L’ennuie de Makato est rapidement brisé par une série d’agressions attribuées à « L’étrangleur », il va alors se mettre à la recherche de l’agresseur.

Le livre est constitué de plusieurs petit chapitre racontant chacun un épisode de la vie de Makato. On croise dans chacune de ces petites histoires de nombreux personnages qui gravitent autour de l’enquête centrale, certains réapparaissent dans plusieurs chapitres.

J’ai beaucoup apprécié ces petites histoires, on découvre la vie japonaise sous un nouveau jour, Tokyo n’est pas uniquement la mégalopole peuplé de salaryman et de kogaru. Les enquêtes de Makato sont bien écrite, parfois cousu de fil blanc mais la lecture est sympathique.

En bref c’est un très bon livre dans lequel on se plonge facilement si on a un tout petit peu de temps.

Publicités