Mes cheveux ce sont mes chouchous. Pour les avoir longs j’ai dû lutter, résister à l’appel du ciseau, survivre à la chaleur de l’été, endurer les nœuds, me méfier des fermetures éclaires etc… Par miracle ils ont survécu à toutes ces épreuves et aujourd’hui je les chouchoutes.

femme-ciseaux-cheveux
Bien sur je sais que si un mec passe par là, il va se dire « mais elle est con, les cheveux ça poussent tout seul, ça pousse trop vite même. Moi j’ai pas besoin de résister à l’appel du ciseau, je ne vais chez le coiffeur que quand on me force. » Mais sachez, Messieurs, que ce n’est pas si évident que ça.
Bref, tout ça pour vous dire que pour moi il est primordial de protéger mes cheveux pendant que je fais du sport.

Avant le running

Rien de plus mauvais que les cheveux libres aux vents qui s’entrechoquent à chaque foulée. Le frottement des fourches entres-elles a pour effet de les multiplier. Donc pour partir courir, il faut partir les cheveux bien attachés. Une natte ou un chignon mais jamais une simple queue de cheval. J’ai mal aux cheveux quand je vois les pointes des autres coureuses devant moi s’ébattent sans entrave.
Juste avant de partir j’en profite également pour enduire mes pointes d’un peu d’huile d’argan, ça les protège et les nourris (et au moins je ne suis pas incommoder par l’odeur de l’huile).

Pendant le running

Rien à faire de particulier pendant la course, de toute manière on a bien d’autres chats à fouetter!

Après le running

La grande question en arrivant à la maison est : je lave mes cheveux ou non ?
Pour ma part, je me lave les cheveux 2 ou 3 fois par semaine. J’ai réduit au maximum les shampoings pour plusieurs raisons, déjà parce que ça prends du temps, (surtout en hiver là où le passage au sèche cheveux est systématique), mais également parce que ça les fragilise. J’ajouterai également l’argument de poids : plus on lave ses cheveux et plus ils regraissent vite. J’ai eu une période où j’étais obligée de les laver tous les matins si je voulais éviter la sensation huile de friture. Il m’a fallu près d’un an pour réussir à espacer de deux jours chaque shampoing. Alors à présent lorsque je reviens de courir je ne fonce pas sous tête baissée la douche. (Si si j’étais obligée de la placer…).

Si ma séance de running est trop rapprochée d’un précédent shampoing j’utilise un shampoing sec. Le shampoing sec est une REVOLUTION ! Je ne compte pas les matins où j’ai du sortir de chez moi en sachant pertinemment que mes cheveux étaient horribles mais que je n’avais pas le temps de les laver. Maintenant si je le moindre doute un petit coup de bombe et c’est oublié!
batiste
J’ai testé différentes marques (saint algue syoss, garnier etc). Je vous recommande la marque « batiste », c’est de loin la plus efficace et j’ai l’impression que le flacon dure plus longtemps (le Garnier n’a fait que 4 shampoings…). Le seul défaut que je relève concernant les shampoings secs c’est le petit effet grisonnant dû à la poudre blanche qui reste un peu sur les cheveux. J’ai vu que plusieurs marques lançaient des flacons avec des poudres colorés (blonde ou brune), ça sera mon prochain achat. Si vous n’avez pas encore testé, je vous le conseille vraiment, pour moins de 5€ vous verrez votre vie changer 😀

Publicités