lappel_du_coucou
Tous les ans pour noël mes parents m’offrent des livres. Et tous les ans ma cousine me dit en ricanant : « alors tu as encore eu des livres cette année?? ». Comme si offrir des livres c’était choisir la solution de facilité, on prend le premier best-seller qu’on croise et hop. Peut-être que oui, peut-être que je me trompe mais j’ai toujours eu l’impression que ma mère choisissait avec beaucoup d’attention les bouquins qu’elle allait m’offrir. C’est d’ailleurs l’un des rares cas où elle fait cet effort, généralement elle est plus du genre à me demander ce que je veux comme cadeau. J’ai eu le malheur, une fois, de lui dire que je voulais le jungle speed, j’ai donc eu le jungle speed et l’extension jungle speed et … c’est tout. Bonjour l’imagination. (Note que je ne réclame pas plus de cadeaux, mais que j’apprécie quand il y a eu un minimum de recherche. Offrir un cadeau juste parce qu’on doit et pas parce qu’on a envie, c’est du gâchis.) Depuis cet épisode, quand on me demande ce que je veux pour noël ou mon anniversaire je ne réponds rien et je pense « Démerdes-toi pour trouver, c’est moi la princesse ». Bref, fin de la parenthèse)

tumblr_lohtjdKc9v1qjlsdto1_500

Dès le début du roman j’ai accroché, il y avait un je ne sais quoi, quelque chose de familier. Après quelques chapitres, j’ai lu la dernière de couverture pour en savoir plus sur l’intrigue. Et c’est là que j’en reviens au fait que ce livre n’avait été choisi par hasard (oui je ne vous ai pas pondu le pavé précédent pour rien), derrière le pseudonyme Robert Galbraith se cache en réalité J.K Rowling.
Comme beaucoup j’ai été fan de Harry Potter durant ma jeunesse, j’ai copieusement rabattu les oreilles de ma mère à coup de baguettes magiques, de moldus et de hiboux. J’ai retapissé ma chambre avec des posters de Harry Potter (et du Seigneur des anneaux, entre les deux mon cœur balance) Il faut croire qu’elle m’a écouté

Pour en revenir au livre voici un bref résumé de l’histoire :

Une nuit d’hiver, dans un quartier chic de Londres, le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte, défenestrée. Suicide. Affaire classée. Jusqu’au jour où l’avocat John Briscow, frère de la victime, frappe à la porte du détective privé Cormoran Strike. Strike est au bout du rouleau : ex-lieutenant dans l’armée, il a perdu une jambe en Afghanistan, sa carrière de détective est au point mort et sa vie privée un naufrage. Aidé par une jeune recrue intérimaire virtuose de l’Internet, Strike est chargé d’enquêter sur la mort de Lula. De boîtes de nuit branchées en hôtels pour rock-stars assaillies par les paparazzi, en passant par un centre de désintoxication et le manoir où se meurt la mère adoptive de Lula, Strike va passer de l’autre côté du miroir glamour de la mode, dont les reflets chatoyants dissimulent un gouffre de secrets, de trahisons, de manoeuvres inspirées par la vengeance. Avec son intrigue haletante et sa galerie de personnages plus vrais que nature, L’Appel du Coucou, premier volet des aventures du détective Strike, emprunte à la fois au classicisme d’un Chandler, d’une Agatha Christie ou d’une P.D. James. Un coup de maître.

Mon avis

Comme je l’écrivais plus haut, il y a quelque chose d’attirant dans cette histoire. Une manière d’écrire très sympathique, les personnages sont agréables, la personnalité du principale protagoniste est complexe et attachante. Les descriptions sont très vivantes, on a l’impression de se promener dans les rues aux côtés du détective.
Mais en dehors de ça le livre est plutôt creux, dès le début on sait que ce n’est pas un suicide et pourtant rien dans l’enquête de Cormoran ne semble étayer cette thèse. Pendant les 3 premiers quarts du livre il ne se passe pas grand chose. L’assistante « virtuose de l’internet » se contente de faire de banale recherche google, le détective boit une bière, le détective se prends une cuite etc… On s’ennuie, il faut attendre le dernier quart pour voir enfin l’enquête avancée et se dénouer dans la foulée.
Je ne garderai pas un souvenir impérissable de se livre, il était juste bien, pas plus. C’est un peu décevant pour un livre ayant été écrit par cette auteure, au final je crois que j’aurais préféré ne pas savoir…

Publicités