7h15 le réveil retentit. Aie! Je colle un peu au lit, normal c’est même plus tôt qu’en semaine. Je déjeune vite fait, mais bien fait.

9h00 après avoir galérer pendant un quart d’heure pour accrocher mon dossard avec des épingles, je montre  toute fière de moi le résultat à mon copain. « Mais pourquoi tu l’as pas collé ? ». Hahaha… , pour une fois je vais utiliser l’excuse que je déteste : « parce que je suis blonde ».

9h30 je suis au départ, un peu en avance. Je regarde partir le 5km, ils ne sont pas trop nombreux. J’attends. Qu’est ce qui m’a pris de venir si tôt moi. Je fais quelques petits tour de stade en trottinant pour m’échauffer.

9h55 prête pour le départ, j’ai essayer de me placer plutôt vers l’arrière pour ne pas trop faire chier.
Au top départ, tout le monde part à fond les ballons, je me sens un peu obligée de suivre le mouvement même si je sais que je le paierai plus tard. Un mec avec une poussette double tout le monde, un autre fait un bruit d’enfer on croirait un train. Les coureurs s’espacent un peu, ça devient plus agréable.
Au premier rond point deux possibilités s’offrent à moi : passer à droite ou à gauche, je choisit la droite en me disant que je passerai à gauche pour la deuxième boucle.Les 3 premiers kilomètre passent tranquillement mais je sens que je vais trop vite, j’essaie de ralentir mais rien à faire mes jambes ne veulent pas m’attendre. Résignée je prends le parti de les suivre.  J’entends toujours la locomotive au loin.
Au 4ème kilomètre je commence à être dans le mal, il fait vraiment trop chaud, j’aurais pas du mettre mon jogging. En passant à côté d’un bénévole qui bloque l’accès à la route je l’entends gueuler à son collègue « C’est les derniers ça on va bientôt pouvoir ouvrir »… La fille à côté de moi éclate de rire, merci pour la motivation les gars.
5ème kilomètre et ravitaillement je savoure mon verre de Cristalline comme si c’était du vin de paille et c’est reparti. Au 6ème kilomètre les choses se corsent, je commence à payer mon départ trop rapide, je boirais bien un deuxième verre d’eau (ou de vin de paille). Heureusement le Dieu de la lecture aléatoire est avec moi et il lance The Hives dans mon Ipod. The Hives donne des ailes, je m’envole sur un ralentisseur et continue ma course ! J’arrive à nouveau au rond point, grosse déception on ne peut plus passer à gauche, je regrette amèrement d’avoir fait le mauvais choix au premier round.
La deuxième boucle du parcours est un peu plus pénible, il commence à y avoir pas mal de voitures qui veulent passer. On court entre les voitures en faisant le plein de gaz d’échappement au passage. A certain croisement ça klaxonne non stop, les bénévoles et flics se font engueuler, connard de Lyonnais va!
Au 8ème kilomètre j’ai un point de côté, je m’arrête sur quelques mètres pour reprendre mon souffle, d’autre coureuses m’encouragent à repartir, du coup je repars. La fin de la course a été dure, j’avais chaud, j’avais soif mais j’ai réussit tant bien que mal à me traîner jusqu’à la ligne d’arrivée. Un petit compteur affiche 54min 17, oudidiou j’ai mangé du lion moi ce matin!

C’est la délivrance, et j’ai soif. Mais y’a plus de gobelets, qu’a cela ne tienne je m’empare d’une bouteille d’1,5L et boit direct au goulot. ça fait la queue derrière moi pour récupérer la bouteille, tout le monde partage sa bave avec plaisir.

C’était une première expérience plutôt sympa même si j’en ai quand même pas mal ch**** ! A refaire avec un peu plus d’entrainement et pas en pleine ville ^^

Je n’étais visiblement pas la seule à ne pas avoir vu l’autocollant du dossard, ça m’a un peu rassuré! Cette compétition a été faite au coude à coude virtuel avec Coco de http://dossard327.blogspot.fr/. Encore fois la motivation 2.0 à fait ses preuves!

Publicités