Samedi : Petite sortie tranquille de 5,15km. Je n’ai pas trop forcé en prévision des 11kms qui m’attendaient le lendemain.

Dimanche : Après avoir marché pendant quasiment 3 heures dans les rues de Lyon j’avais les jambes en compôte. Annulation de la sortie.

Lundi : En sortant du boulot j’ai décidé de rattrapé mon abandon de la veille. Direction le parc pour une sortie de 11km. La sortie c’est plutôt bien passé, je n’ai pas trop souffert. J’ai eu l’occasion d’observer de nouvelles sortes de coureur ce soir là : le mec qui court en pull + bonet alors qu’il fait 25°C et la racaille qui a décidé sur un coup de tête de suivre ses potes mais qui n’est pas du tout équipé pour la course : chaussures pas lacés et short trop grand. Le deuxième spécimen était de loin mon préféré, le voir remonté son short toutes les 10 secondes a égayé ma course !
Bilan : 11,2 km en 1h05.

Mardi :  Repos. Mes jambes me rappellent sans cesse que les 11kms de la veille étaient peut-être un peu trop ambitieux!

Mercredi : Renforcement musculaire abdos, fessiers, cuisses et dos. Mes jambes se remettent doucement.

Jeudi : Sortie fractionnés : 1 tour de parc pour l’échauffement + 2x5x30′.
Quand j’étais au collège j’aimais bien quand on commençait l’endurance en EPS. Déjà parce que c’était la seule occasion pour moi d’avoir la moyenne en sport et surtout parce que ça me permettait de mettre la pâté à tous les cracks de la classe. (J’étais la petite intello qu’on traumatise). Bref, j’aimais bien l’endurance mais il y avait un « hic ». Systématiquement après la première séance je me retrouvais avec une grosse migraine, ça commençait toujours de la même manière : une petite tâche appaissait dans ma vision à droite et elle s’étendait peu à peu. Quand la tâche finissait par disparaître je me retrouvait avec un bon gros mal de crâne qui ne passait pas avant que je finisse par … vomir… (Amis de la poésie bon soir).
Quand j’ai commencé la course à pied en Octobre dernier j’ai essayé de faire attention à ça, ne pas trop courir trop et trop vite d’un coup pour éviter la migraine ophtalmique. Et ça c’est bien passé, enfin en ça se passait bien jusqu’à jeudi dernier. Parce qu’en rentrant j’ai eu droit à la petite tâche qui brouille la vision accompagnée de son ami de toujours Monsieur mal de crâne. Donc à 21h30 j’étais au lit avec un bon gros cachet. Heureusement le lendemain c’était passé, je n’ai pas eu besoin de passer par la dernière étape !
Du coup je vais peut-être moins forcé sur les séances de fractionnés, je n’ai pas envie de faire une migraine toute les semaines…

Vendredi: Repos

Publicités