Photo provenant de : http://sucreengrain.canalblog.com/archives/2012/02/11/23385487.html
Photo provenant de : http://sucreengrain.canalblog.com/archives/2012/02/11/23385487.html

La scène est classique, vous l’avez tous probablement vécu des dizaines de fois. Vous êtes avec des amis/collègues/famille et il y a plein de truc bon à manger et en particulier une délicieuse tarte aux pralines (ou autres). Vous savez qu’elle est délicieuse parce que vous en avez déjà englouti une part. Et là, emporté par votre élan, vous en reprenez une autre. Illico la remarque fuse « Ah ben avec tout ça tu es obligée d’aller courir ce soir ! »
Grincement de dents, sourire contrit de circonstance, la part de tarte est à deux doigts d’être broyée par votre poigne de fer. Mais vous n’avez d’autre choix que d’acquiescer, puisque de toute manière vous allez aller courir ce soir.

Cette scène met en avant deux problématiques :

  • Mon collègue à côté de moi a également pris deux parts, et pourtant lui on ne lui a rien dit. D’ailleurs lui aussi ira courir ce soir. Dans un premier temps j’aurais tendance à considérer cette remarque comme étant un brin machiste. Oui elle l’est, mais je n’aurais probablement pas eu de réflexion si je n’avais d’autres collègues féminines qui persistent à couper des croissants en quatre pour « garder la ligne » (et pour finalement en manger 4 morceaux, chercher l’erreur). Je ne me vexerais donc pas pour cette partie.
  • Dans l’imaginaire collectif course à pied = régime. A croire que j’accumule des kilomètres dans l’unique but de faire disparaitre les méchantes tranches de rosettes dont j’abuse régulièrement. Et là par contre ça me vexe carrément. Pourquoi dès qu’on fait du sport c’est forcément pour maigrir ? Pourquoi les gens ne voient-ils pas un peu plus loin que le bout de leur nez et commencent à comprendre que le sport donne aussi une satisfaction personnelle.
    J’ai la chance d’avoir un métabolisme sympa, qui stocke assez peu de graisse (mais si un jour je devrais survivre en milieu hostile je le regretterai probablement !) du coup je n’ai jamais eu à me préoccuper de mon alimentation. A vrai dire ça à même plus souvent été l’inverse, malgré un appétit d’ogre on m’a souvent catégorisé comme anorexique. Je sais que ça peut paraitre dégueulasse à certain, je ne peux qu’imaginer ce que c’est de devoir se priver. Je suis consciente d’avoir la chance de ne pas avoir à me préoccuper de cela mais j’ai également d’autres insatisfactions pour compenser.
    Certain n’ont rien fait pour être gros, moi je n’ai rien fait pour maigre. C’est juste la nature et je ne supporte pas cette idée que tout le monde devrait se contraindre pour rentrer dans le moule.
    Et du coup vu que je suis « maigre » les gens en déduise que je suis constamment au régime et donc on ne me laisse pas reprendre de frites au restau.

Je termine ici mon coup de gueule en disant que dans tout les cas c’est pas leurs oignons, que je sois au régime ou pas j’ai le droit de m’enfiler deux parts de tartes consécutives. Et je choisirai moi même si en rentrant je préfère aller courir ou bien me vautrer dans mon canapé. On en revient toujours au même problème, ces gens qui se mêle de tout, qui distribuent leurs « bons » conseils à tour de bras.

P.S : Après réflexion, deux parts de tartes c’est dur à digérer

Publicités