Samedi : 30min de renforcement musculaire.

Dimanche : Ce dimanche matin j’ai rendez-vous avec deux twitteuse à 10h au parc de la Tête d’or. C’est vachement tôt pour moi, mais bon quand il faut il faut !
Les filles ont prévu une SL d’au moins 2H, je les accompagnes pendant environ 8km et puis la douleur de ma jambe me force à rentrer. Je repars quand même chez moi en courant. Finalement je me rends compte que ça va plutôt bien, je n’ai plus si mal que ça, je fais même un peu de rab pour atteindre les 17km. Ça me redonne un peu confiance pour le semi de Paris !
Bilan : 17km en 1h45
10731516_1000150323346356_293166716_n

Lundi : Sortie décrassage/fractionnés. Au programme deux sessions de 8 accélération de 30s. Mais bon au final ma jambe m’empêche de vraiment accélérer, je termine mes sessions sans vraiment être essoufflée.
Bilan: 8km (en je ne sais pas combien de temps puisque Nike+ a ENCORE planté !)

Mardi : Repos

Mercredi : Repos.

Jeudi : Je profites d’une petite visite chez mes parents pour me faire un run jurassien, qui dit Jura dit dénivelé. Au programme de la sortie descendre jusqu’au lac puis remonter chez mes parents. Je commence ma course à 630mètre d’altitude, j’ai toujours mal, je boite sur les premiers pas puis je prends un tout petit rythme de croisière. En temps normal je serais parti beaucoup plus vite mais là ma jambe me l’interdit. D’un coup j’aperçois un gros chien qui traine visiblement sans maitre. Je panique un peu et je fais demi-tour, mais bon si je veux descendre au lac je n’ai pas vraiment le choix : je dois passer devant ce chien ! Je refais demi-tour et reprends la route prévue, plus de chien, ouf !

J’arrive en haut d’une belle descente, en général elle est enherbée, mais là c’est plutôt embourbé, limite sable mouvant ! Je descends en crabe pour ne pas glisser, les petits vieux du foyer logement me regarde intrigués. Enfin j’arrive au lac, et donc au plat, altitude 525mètres, le sol est gelé, mais je ne me méfies pas… jusqu’à ce que je manque de m’envoler sur une jolie plaque de verglas. Ok, j’ai bien compris la leçon, je vais marché uniquement dans l’herbe. Un petit tour dans les campings et c’est le moment de remonter, une grosse gorgée d’air et on y va. A ma vitesse d’escargot je résiste plutôt bien, j’arrive même à saluer les passants sans cracher mes poumons. Mais bon j’avoue qu’au bout de 2km à ne faire que monter j’en ai un peu ras le bol, je rêve même de me laisser aller dans la cour d’une maison qui est en descente…
Bilan : 6km en 40minutes
10986070_1413126382321759_1402495725_n

Vendredi : Repos.

Publicités