Recherche

Treecot

Tricot, crochet, couture et course à pied !

Tag

Jussi Adler Olsen

Lectures de mars

Profanation ~ Jussi Adler Olsen

Profanation Jussi Adler OlsenRappelez-vous au mois de janvier je vous parlais de Miséricorde, le premier opus d’une série écrite par Jussi Adler Olsen. Après avoir adoré le premier, j’ai enchainé le second livre de la saga.
On retrouve notre duo de choc l’inspecteur Carl Mørck et son exotique assistant Assad. La nouvelle enquête du département V porte sur un double meurtre, un frère et une sœur sauvagement assassinés. Mais ce dossier n’aurait jamais dû se retrouver dans les caisses du département V puisque l’enquête a été et qu’un coupable croupi en prison. Comment est-il arrivé là ?
Malgré les réticences de sa hiérarchie, Carl va enquêter sur ces meurtres et rapidement flairer la piste d’un groupe d’homme richissime.

J’ai beaucoup moins aimé celui-ci, en partie je pense parce que dès le début on sait qui est responsable. Je me suis forcer à continuer mais je me suis très peu impliqué dans cette lecture. La preuve je suis parfaitement incapable de citer le nom d’un des personnages. En plus de ça le côté homme riche au-dessus de toutes lois et aux mœurs digne d’un Alex et ses drougs ça ne marche pas forcément à chaque fois…

Délivrance ~ Jussi Adler Olsen

Délivrance Jussi Adler Olsen

Un peu refroidie par l’opus précédent c’est sans grande envie que j’ai commencé le 3ème de la série.
Cette fois-ci c’est une bouteille à la mer qui arrive sur le bureau de Carl, une bouteille avec un message écrit en lettres de sang. Carl et Assad vont partir à la poursuite d’un tueur en série sévissant dans le milieu des sectes religieuses.
J’ai tout simplement adoré, l’alternance entre le récit de la vie du tueur et l’enquête du département V est excellente. Difficile pour moi de devoir arrêter de livre ce livre (et oui pour une fois j’aurais bien passé un peu plus de temps dans les transports juste pour lire un chapitre de plus !)

Lisa Gardner ~ La Maison d’à côté

Lisa Gardner Alors que sa femme Sandra a disparu, Jason le mari réagit de manière anormalement calme. Son comportement intrigue énormément la police. De plus sa petite fille de 4ans semble avoir été témoin de quelque chose, mais son père omniprésent l’empêcher de parler.

Wahou, la couverture affirmait que Lisa Gardner était très doué dans l’art de manipuler ses lecteurs. Eh bien c’est le moins qu’on puisse dire ! J’ai été happé par l’affaire et je ne m’attendais vraiment pas au final !
Une auteure que je relirais sans hésitations !

Publicités

Lectures de Janvier

Le convoyeur du IIIème Reich ~ C.J.Box

Un roman… enfin ça c’est ce que je croyais. Format poche, pas très épais, écrit très gros, 53pages, 10 pages blanches à la fin. J’aurais plutôt classé ce livre dans la catégorie « nouvelle », voir même « nouvelle ultra courte ». A 8€ je plains la personne qui l’achète sans savoir…
L’histoire commence lorsque Paul un avocat à la retraite se fait kidnapper par deux individus qu’il a déjà condamné. Les ravisseurs l’embarque en voiture sous une tempête de neige direction le manoir d’un « ami » de Paul.
Et puis c’est tout, ben oui en 53pages on a pas le temps de raconter énormément de chose il ne faut pas croire !
A la fin du livre un entretien avec l’auteur nous apprends qu’il a imaginé cette histoire juste en voyant une vielle photo. Incroyable n’est ce pas ?
Même si j’ai été passionné par ces 53pages, car il faut reconnaitre qu’il est vraiment très bien écrit, je ne vois pas vraiment l’intérêt d’un mini livre comme celui-là.
Le convoyeur du IIIème Reich C J Box

Les yeux jaunes des crocodiles~ Katherine Pancol

Les yeux jaunes des crocodiles Katherine Pancol

Article complet ici

Miséricorde ~ Jussi Adler Olsen

PhotoGrid_1419933619654

Carl Mørck est un flic de la police judiciaire de Copenhague. A cause de son caractère mal embouché il se retrouve propulsé dans les sous-sols des locaux en tant seul et unique inspecteur du Département V. Ce département fraichement créé grâce à une subvention inespérée du gouvernement a pour but d’enquêter sur les cold case.

Pour faire tourner le département V, Carl Mørck est assisté par un improbable homme à tout faire d’origine syrienne qui a réussi on ne sait trop comment à décrocher le poste. Asad, ses petits gâteaux et son thé à la menthe trop sucré bouscule Carl dans sa torpeur. Mais l’assistant se révèle bourré de ressources, malgré quelques méthodes peu recommandable il aide Carl à progresser dans son enquête.

Merete Lyyngaard est une redoutable politicienne qui, avant son enlèvement, était promise à une belle carrière. Mais un jour Merete disparait, après une enquête bâclée la police conclu à un suicide et classe l’affaire.

C’est sur cette affaire que vont enquêter notre duo.

Dès le début du roman on navigue entre l’année 2002 et l’année 2007. En 2002, Merete a été enlevé, elle est enfermé dans une pièce vide sans fenêtre, sans le moindre contact avec l’extérieur si ce n’est ce seau qu’on lui change tous les jours et dans lequel elle trouve de la nourriture. En 2007, l’enquête avance, Carl fouille la vie de Merete, retrace le court des évènements. Mais la question reste en suspens : Merete est-elle encore vivante ? A-t-elle survécu à toutes ces années d’enferment ? Qui l’a enfermé ? Pourquoi ?
Un très bon roman, mené avec brio. Le calvaire de Merete m’a donné des frissons, un véritable cauchemar. J’ai juste été un peu déçu par le dénouement, trop rapide à mon gout.

L’homme qui a vu l’homme ~ Marin Ledun

PhotoGrid_1422890758530
Iban Urtiz journaliste sans histoire fraichement débarqué au pays Basque doit écrire une série d’article sur la disparition de Jokin Sasko, un militant Basque. Iban ne connait absolument pas le milieu du militantisme Basque, il n’a que très peu entendu parler de la guerre sale.
Petit à petit Iban va se retrouver emporter dans un engrenage très dangereux allant jusqu’à mettre en péril sa propre vie.
Comme le personnage principal de ce roman je suis très peu au fait de l’histoire du pays Basque et en particulier d’ETA. Le roman s’inspire d’un fait divers, mais ce fut difficile pour moi de démêler le vrai du faux dans ce roman, difficile de croire que les gouvernements français ou espagnol aient pu agir ainsi.
Un bon roman, avec toutefois quelques longueur mais qui a eu le mérite de m’ouvrir les yeux sur une facette de la culture française que je ne connaissais absolument pas.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑