Recherche

Treecot

Tricot, crochet, couture et course à pied !

Tag

running

CR Semi Marathon du RunInLyon 2016

Je ne voulais pas faire ce semi. Je l’avais fait l’an dernier et je n’avais pas du tout (mais alors pas du tout) apprécié le parcours. J’avais râlé comme jamais pendant une course et elle s’était très mal terminée pour moi.
Et puis un copain a insisté pour qu’on le fasse ensemble, c’était son premier blablabla. Je me suis laissée attendrir. Mais en bonne radine il était hors de question que je paie le prix exhorbitant que demandait ASO pour participer (36€ quand même), j’ai donc participé à tous les concours possibles pour gagner un dossard. Coup de chance j’ai été tirée au sort par le magasin Terre de Running ! Lire la suite

Mes débuts en course à pied

Lors d’une sortie avec le RedCrewLyon nous avons accueilli Blanche une petite nouvelle très motivée mais persuadée qu’elle était trop lente et pas assez endurante.

J’ai alors essayé de me remémorer mes débuts en course à pied. En des temps immémoriaux (quelque part vers début Octobre 2013) je m’étais enfin décidée à mettre mes craintes au placard et à aller courir. Si je me souviens parfaitement  de la tenue que je portais ce jour-là et qui a probablement  fait rigoler plus d’un coureur que j’ai croisé (Short vert militaire, débardeur en coton et baskets de ville, j’avais le staïle ma chérie) en revanche je ne me rappelle pas vraiment de ma « performance ».

Lire la suite

Marathon en relais : l’Ekiden de Lyon

Cette course n’était vraiment pas prévue dans mon planning mais quand Elise m’a proposé de monter une équipe aux couleurs de notre RedCrewLyon pour le premier Ekiden de Lyon j’ai dit oui tout de suite !
L’Ekiden est un marathon en relais divisé en 3 relais de 5 km, 2 de 10km et un de 7,195 km.

J’ai choisi de faire un relai de 5km car c’était une distance « inédite » pour moi. Je ne me suis jamais inscrite sur une course de moins de 10km puisque généralement je me dis que quitte à me lever tôt le dimanche matin autant que ça vaille vraiment le coup ! Quand la question du relais s’est posée j’ai eu envie de me mesurer à cette distance, à ce défi en réalité, parce que courir un 5km ça ne s’envisage pas comme un 10km, encore moins comme un semi, c’est tellement court, tellement intense qu’on a quasiment pas le droit à l’erreur.
Ma stratégie pour cette course était donc des plus simple : partir à fond, accélérer à mi-course et sprinter sur la fin. Dans le respect scrupuleux de la fameuse technique du doigt mouillé j’estimais mon temps de parcours à 23 minutes maximum. Lire la suite

Recette : Huile de massage à l’arnica pour la récupération sportive

Comme toute coureuse un tant sois peu accro, ma plus grande hantise est la blessure. En 2 ans et quelque de course à pied je n’ai encore jamais été  vraiment blessé (et je touche du bois quand j’écris ça).
A part quelques épisodes avec de légères douleurs je dois bien reconnaitre que j’ai jusqu’a présent été plutôt chanceuse.
Mais désormais plus je progresse dans mon entrainement et plus je pense qu’il serait raisonnable d’arrêter de compter uniquement sur la chance.

Une petite discussion avec une naturopathe m’a convaincue qu’il était plus facile de traiter un problème AVANT qu’il ne s’installe pour de bon.
J’ai donc suivi ses conseils et en particulier au niveau du soin des articulations.

Pour éviter les blessures il est important de réduire toutes inflammations. J’ai donc pris régulièrement l’habitude de me masser avec mon reste d’huile de massage à l’arnica de Weleda, le plus souvent après ma séance mais il m’arrive de le faire aussi avant quand je sais que celle-ci sera particulièrement longue. J’insiste particulièrement sur les genoux qui sont chez moi assez sensibles.

Pour booster l’effet de mon huille Weleda j’ai d’abord rajouté quelques gouttes d’huile essentielle de Gaultherie. (Pour la petite anecdote j’avais reçu pour le RunInLyon un petit flacon de spray « miracle » pour les articulations, mais j’ai eu du mal à l’utiliser régulièrement car il avait une odeur que je ne supportais pas. Ce n’est qu’une fois le flacon d’huile essentielle de Gaultherie acheté et ouvert que je me suis rendu compte que c’était CETTE odeur que je détestais…)

Huile Esentielle de Gaultherie

Et puis forcément un jour mon flacon d’huile fut vide… Plutôt que de racheter l’huile Weleda j’ai choisi de faire mon mélange moi même.
Je vous partage donc ma « recette » sachant qu’elle n’est pas exhaustive, il existe de nombreuses huiles essentielles aux qualités anti-inflamatoires vous pouvez donc varier en fonction de votre stock ! L’important est de ne pas dépasser un total de plus de 30% MAXIMUM du volume en HE.
wp-1458804495858.jpg

La recette :

– 25mL de macerat huileux d’arnica
– 30 gouttes d’huile essentielle de Gaultherie
– 10 gouttes d’huile essentielle de Gingembre *
– 10 gouttes d’huile essentielle de zedoaire *

* Ces HE sont des exemples, n’hésitez pas à les remplacer en fonction de ce que vous avez chez vous ! Par exemple l’eucalyptus, le curcuma etc.. Avant d’ajouter une nouvelle HE vérifier bien qu’elle peut s’appliquer sur la peau.

Pour éviter des soucis de conservation je vous conseille de ne pas préparer une dose trop importante de produit.

J’ai acheté mon petits flacon chez Muji pour environ 4€ et il est de très bonne qualité.

CR Les Foulées SanPriotes : 10 km

3h30 en lettres rouges sur mon réveil, je ne dors plus, j’ai mal au ventre, j’ai mal à la tête, jamais je ne pourrai courir tout à l’heure… Je pense bêtement que la seule chose qui pourrait atténuer ma céphalée serait une guillotine, mais je n’en ai pas donc je me contenterai d’un cachet d’ibuprofène.

Je me recouche, j’ai toujours mal, encore plus mal même.
Je commence à accepter l’évidence : je vais devoir déclarer forfait. Ça ne me plait pas d’abandonner mais je suis trop mal pour faire souffrir mon corps un peu plus, des courses il y en aura d’autre, et puis ce n’est pas comme si je m’étais entrainée pour…

6h30 ça va mieux. On dirait que mon corps à repris le dessus. Plus d’excuses, je suis obligée d’y aller.

7h30 en voiture Simone ! Le gps m’annonce 19minutes de route, parfait je serais large pour récupérer mon dossard

8h05 saleté de GPS je me suis retrouvée pas moins de 5 fois devant un panneau « route barrée ».

8h15 j’ai mon dossard et mon t-shirt, à première vue c’est exactement le même que pour les 10km de l’horloge, c’est cool j’adore les t-shirt violet coupe homme…

8h30 je sais qu’Elise et Pauline sont au départ de cette course, mais impossible de les retrouver.

8h45 je m’incruste dans le peloton de départ, mais c’est déjà trop tard je suis trop loin du point de départ ça va me rajouter au moins 1minute sur mon chrono…
image

9h00 Départ, comme prévu ça bouchonne. Il me faut une bonne minute pour passer l’arche.

Je connais le parcours de la course, je l’ai déjà faite l’an dernier, je sais donc à quoi m’attendre. Je sais que ce n’est pas plat et pollué, en fait je me demande bien pourquoi je le refais…

Les premières montées défilent plutôt bien, je double pas mal de coureur et je profite des descentes pour accélérer encore un peu.
Les 5 premiers kilomètres passent vraiment très bien, on arrive déjà au ravito et pour une fois je réussi à me retenir de m’arrêter. Le parcours sort ensuite de la ville et on rejoint la « campagne », notez-ici l’important des guillemets car le tracé longe pendant un moment l’autoroute.
Je ne sais pas si c’est le manque de sucre ou les gaz d’échappement mais mon cerveau commence à déconner. Je divague un peu, je pense à tout et n’importe quoi mais surtout pas à la course et sans m’en rendre compte je commence à ralentir. Je ne suis plus vraiment concentrée sur ma respiration et c’est donc le moment que choisi  mon cher et tendre ami le point de côté pour ramener sa fraise. (D’ailleurs je me fais encore une fois la réflexion que dans mon cas c’est plus un point du milieu mais pour le moment laissons de côté ces charmantes réflexions sur la latéralité de mes douleurs.)
Enfin arrive ce que je crois être la dernière montée, plus que 2 kilomètres et c’est fini ! Je reprends un peu de force, mais pas longtemps puisque je me rends compte que je me suis trompée : c’était l’avant dernière montée, raahhhhh.
Sur le dernier kilomètre on fait à nouveau le plein de gaz d’échappement en longeant une interminable file de voiture à l’arrêt. Et déjà il est temps d’accélérer, ça tombe bien j’ai encore un peu la patate. Plus que 500mètres avant l’arrivée, derrière moi j’entends un « coach » brailler sur une fille en mode «  allez tu y es presque !». Je me dis que je suis bien contente de ne pas en avoir un pareil parce que franchement je m’arrêterais juste pour le faire taire… Le mec hurle « allez les 3 là tu les doubles » Je sais que je fais partie du tas, mais bon si ça peut l’empêcher de se faire engueuler à l’arrivé moi je veux bien la laisser passer devant moi. Sauf que là la fille me passe devant et me coupe la route, je suis à deux doigts de tomber… Même pas une excuse, rien, elle continue, alors je là je vois rouge. L’autre idiot est toujours en train de brailler « qu’elle peut le faire », au passage il bouscule une autre coureuse qui n’avait elle non plus rien demandé. C’est vraiment ce qui m’énerve sur  ce genre de course c’est ce type de comportements, franchement la fille ça va lui changer quoi ? 3 secondes ? 1 place au classement ? Mais on est déjà tellement loin des premiers de la course que c’est inutile… Et puis on peut chercher la performance tout en respectant les autres non ?
J’avoue juste pour faire chier je l’ai redoublé (et non je ne lui ai pas broyé les chevilles), j’aime pas doubler les gens juste avant la fin, j’ai l’impression de gruger, mais là les deux ils m’avaient chauffées !

Au moment où je stoppe ma montre elle m’annonce 51’05’’. C’est plutôt pas mal, quand je pense qu’a peine 6heures auparavant je pensais laisser tomber je me dis que j’ai bien géré (de la fougère :D)
Je n’ai pas encore mon temps officiel..

image

10h00 Je retrouve enfin tous les gens que je devais croiser. Ça fait plaisir de débrieffer la course à plusieurs. Je ne suis pas la seule à trouver que ce parcours est difficile.

Cette course est agréable à faire car elle est bien organisée, tous les bénévoles sont sympas et ont le sourire, en revanche je trouve que l’ambiance entre coureur n’est pas franchement au beau fixe…

Après  réflexion je ne suis pas satisfaite de moi. Pas à cause de mon temps, ou de la course en elle-même mais surtout parce que j’y suis allée en touriste… Cette course je ne l’ai pas préparée, depuis 3 mois je me laisse aller. J’ai toujours une bonne excuse pour laisser mes Mizuno dans mon sac de sport. Et le résultat est sans appel : même pas 30km en novembre, moins de 60km en décembre et  tout juste70km en janvier. Et puis à moins que je ne me décide à courir deux marathons d’ici la fin du mois le bilan de février ne sera guère mieux. Je crois qu’il est temps que j’arrête d’enfiler des perles, que j’arrête de faire les choses à moitié, de courir juste pour me donner bonne conscience. Ce dimanche matin aura au moins eu le mérite de me mettre un bon coup de pied au cul au derrière !

Stay tunned

Bilan 2015

Cette année 2015 a été remplie de challenges running. En relisant mon article de bonnes résolutions 2015 je me rends compte que j’ai mis quelques coups de canif dans le contrat.

  • Courir mon premier semi-marathon, et si tout se passe bien je devrais compléter cet objectif dès le 15 février.
    J’ai bien couru un semi-marathon, deux même. Le premier à Paris en mars en 1h55 et le second à Lyon en Octobre en 1h49.
  • Toujours me laver les dents avant de courir, oui parce que courir avec un morceau de persil entre les dents c’est très mauvais pour les performances je ne vous apprends rien je crois. J’essaierai donc de vérifier systématiquement ma dentition avant de faire mes lacets.
    Mon hygiène dentaire a été irréprochable cette année, même si j’ai observé un certain relâchement en fin d’année. Affaire à suivre.
  • Courir mon premier trail, pas trop long si possible. Encore une fois si tout se passe bien je prendrais le départ du 10km de l’écotrail des lacs le 26 Avril.
    J’ai fait plusieurs trails, mais je n’ai pas fait le 10km de l’écotrail des lacs, j’ai choisi de faire le 18km et j’ai morflé. Après ça j’en ai fait deux autres de 19km et 17km mais c’était du pipi de chat à côté du premier.
  • Finir la nouvelle version du blog. Parce que ça fait un moment qu’elle est dans les cartons celle-là. J’ai déjà changé 12 fois de design, de bannières et autres. Et à force d’hésiter entre le violet #68337B et le bleu #3272F2 je perds de vu l’essentiel ! Bref affaire à suivre et cette fois-ci je n’ai pas de date à vous donner.
    Objectif réalisé le 29 janvier ! Depuis j’avoue je n’ai fait aucune retouche. Il va falloir que je m’y remette, surtout pour rajouter un petit encart sur le RedCrewLyon que j’ai monté avec ma co-capitaine Elise.
  • Courir 12km en 1h. Et j’ai bel et bien failli atteindre cet objectif avant même d’avoir publié cet article. ça c’est joué à un cheveu, enfin à 16secondes plutôt. J’ai donc fait 12km en 1h00’16 …
    Je suis restée à un cheveu. A vrai dire je n’ai pas retenté car ça ne correspondait pas vraiment à mes sorties, j’ai généralement fait des sorties beaucoup plus longues que 12km.
  • Toujours sortir de la douche le pied gauche en premier, mais ça c’est juste, oh comme ça pour le plaisir d’essayer.
    Là j’avoue j’ai lamentablement échouée… Manque de motivation sans doute.

Mais 2015 c’était aussi :

  • Le RedCrewLyon : Avec Elise on a monté notre petit groupe de running pour profiter de notre passion en groupe. Au programme une à deux séances par mois avec parfois du Yoga. En fin d’année on s’est également associé avec le magasin BioCBon qui vient d’ouvrir à Lyon et qui nous permet de déposer nos affaires pendant la sortie et nous offre ensuite un petit ravitaillement.
    Ces séances sont mixtes mais il faut avouer qu’il y a généralement une majorité de fille (même si nous avons réussi à atteindre le nombre impressionnant de deux mâles lors de notre dernière sortie).
  • Un gros coup de mou après le semi-marathon d’octobre. J’ai ressentie une fatigue générale pendant près de deux semaines, ce qui me fait penser qu’un semi n’est pas quelques choses d’anodin.
  • Beaucoup d’absence sur les blogs. J’ai un peu laissé tomber la blogosphère pour plusieurs raisons. Déjà parce que j’ai changé de travail en 2015 (2 fois même) et que maintenant j’ai du boulot. Fini les longues journées « d’intercontrat » à tuer le temps (boreout comme disent les américains). Maintenant enfin je bosse sur la techno que j’aime sur un projet humainement compliqué mais au moins je progresse et j’aime ça !
    Je n’ai du coup plus vraiment le temps de zoner sur internet au travail et quand je rentre le soir je n’ai pas tout envie de me remettre sur l’ordi. Ce qui explique mon absence.
    J’ai aussi eu besoin de décrocher après le semi parce que j’étais fatiguée et que voir tous les autres continuer à faire 12 sorties par semaine me culpabilisait.
    Et enfin j’ai pu me rendre compte de l’hypocrisie de ce mini-monde où les gens sont adorable et humble en apparence mais désagréable et hautin en réalité. Quelques déceptions donc…
    Et puis aussi parce que je m’en fous des 10 trucs indispensables pour progresser, du legging qui nous fera courir plus vite, des écouteurs de courses hors de prix moi ce que j’aime c’est les blogs qui racontent leurs expériences et même si je ne prends plus le temps de leur laisser des commentaires je continu de les lire avec plaisir !
  • Beaucoup d’absences sur le blog. Encore une fois à cause de mon boulot je n’ai plus envie de me mettre sur l’ordi le soir. Du coup je n’écris plus beaucoup. J’ai aussi laissé tomber les semaines running, même si j’aimais beaucoup ça c’est devenu difficile d’être originale à chaque fois et je ne voulais pas me limiter à un simple récap technique de mes sorties.

Et en 2016 ça sera beaucoup de trails, peut-être un ou deux semi-marathons et j’espère un peu de blogging !

CR Semi Marathon du RunInLyon 2015

C’est après une nuit difficile et avec à peine 3h de sommeil au compteur que je me lève ce dimanche matin. Après un petit déjeuner vite expédié mais néanmoins conséquent je chausse mes baskets et me prépare pour la course. Juste avant de partir je vais faire un dernier bisou à l’homme qui dort encore (mais bon à 7h30 un dimanche matin je ne peux pas lui en vouloir), tout endormi il me souhaite une « bonne journée »… En voilà un qui croit que je vais au travail… pour le soutient on repassera :-/

DépartRunInLyon

Dans le métro je croise de nombreux autres runners, tout le monde semble en pleine forme, parfaitement aiguisé et moi je suis fatiguée. Arrivée sur la place Bellecour j’essaie d’apercevoir des copains runners mais personne, trop de monde… J’échange quelque messages avec Elise mais impossible de se croiser. Je rejoins mon sas un peu dépitée en espérant encore une fois voir un visage ami mais non, je prendrai le départ seul. Lire la suite

CR 10km de l’horloge 2015

10km horloge tassin

Réveil 7h. A mon grand soulagement je suis beaucoup plus en forme que la veille.

J’avale mon petit-dej, je m’habille et je suis prête à partir. Je commence à tourner la clé dans la serrure et c’est le moment que choisi ma mini lionne pour me poser une galette sur le tapis… J’hésite un instant à laisser le cadeau à mon copain et à faire l’innocente « oh non quand je suis partie y’avait rien ». Mais prise de remords je nettoie quand même. Je pars enfin (un peu à la bourre mais ça va quand même) dans les escaliers je tombe sur une carte bancaire… Vu que je me vois pas faire du porte à porte à 8h du mat’ je l’embarque.
C’est parti direction Tassin la demi-lune. Ce qui implique que, pour la 6ème fois de la semaine, je vais traverser le tunnel de Fourvière. Je suis sûre que tout le monde le connait ce foutu tunnel, oui oui même les parisiens, c’est là où tout le monde est bloqué sur la route des vacances juste avant Lyon… D’ailleurs c’est pas bouché que pendant les vacances, ça l’est toute l’année. Et bien pour la toute première fois de toute ma vie je suis toute seule dedans ! ça me donnerait presque envie de travailler le dimanche ça !
Je me gare sur le premier parking que je trouve (en l’occurrence celui du simply market). Je descends de la voiture et me fait foudroyer du regarde par une mamie. Je sais pas, peut-être que je lui avais pris sa place… Bref j’essaie d’oublier ce mauvais présage et je fonce chez Élise qui a gentiment récupéré mon dossard la veille. J’accroche mon dossard (droit et bien centré du premier coup, ça c’est la classe !) et on part en direction du départ.

 

On nous annonce 700 concurrents pour cette deuxième édition. Après le sacro-saint discours du maire (que je ne retranscrirais pas ici pour épargner vos petits cœurs fragiles) on s’élance. Ma très chère montre ne réussit pas à capter le gps dès le départ, j’ai donc 200mètres de décalage systématique.
Directement après le premier virage on rentre dans le vif du sujet LA ligne droite. Tassin étant une ville plutôt dénivelée les organisateurs nous font un peu tourné en rond pour rester sur du « presque » plat. On passe donc 3 fois sur la même ligne droite qui fait environ 2km. Je cours depuis moins de 5minutes et on croise déjà les kenyans premiers en sens inverse… La ligne droite s’éternise, un virage en épingle à cheveux et c’est reparti dans l’autre sens. Le truc vraiment sympa avec cette ligne droite c’est que c’est un joli faux plat. Mais bon maintenant avec mon entrainement le dénivelé c’est du gâteau ! (genre je maitrise).
Pour terminer le 4ème kilomètre on repasse sous l’arche de départ (je vous avais dit qu’on tournait en rond). Tout en courant je repense à l’an dernier, je me rappelle qu’a ce stade là j’étais au plus mal et je manquais de force. A l’inverse cette année ça va plutôt bien. Putain j’ai la patate même, je sens le RP. Enfin c’est ce que je pensais jusqu’à ce qu’on passe à côté de l’arche d’arrivé (oui on tourne en bourrique je sais) et que je vois le chronomètre afficher 25minutes. Merde. On pas encore fait 5km, mais c’est pas possible, mais j’ai fait quoi pendant 5km ?! Pour en rajouter une couche le speaker invite les spectateurs à se retourner pour encourager les premiers qui vont pas tarder à arriver (oui parce que les loosers qui font moins de 5km en 25minutes franchement c’est pas intéressant de les encourager)…
Juste avant le ravito je prends la ferme résolution de ne pas m’arrêter. J’accélère et « oh des quartiers d’orange j’en veux un ! » Bref, tel Kim Kardashian devant une rangée de sex toys biodégradables je ne résiste pas et je m’arrête. Oh pis allez un petit verre d’eau pour faire passer le tout tant qu’à faire. Si vous voulez une recette pour vous blinder le bide pendant une course demandez-moi…
Rassasiée et heureuse je repars, on continue de tournicoter dans Tassin, ça monte un peu, ça descend jamais. Mais j’arrive à garder un bon rythme, plutôt régulier. Un dernier virage et tadaaaa la grande ligne droite. « Bon allez c’est la dernière fois avant l’année prochaine ». Finalement je la supporte plutôt bien cette dernière ligne droite, je double pas mal de monde et ça booste mon égo (désolé pour ceux qui n’aime pas ce faire doubler mais j’en avais vraiment besoin).
On REpasse encore une fois sous l’arche de départ et rapidement je croise le fier panneau du 9ème kilomètre. Gros dilemme. J’accélère ou pas ? SI j’accélère trop je risque de pas gérer. Oui mais j’en ai encore sous le pied. Impossible de me décider jusqu’à ce que j’aperçoive l’arche d’arrivée et que je donne tout. Je passe la ligne d’arrivée comme une dingue prête à courir encore au moins 500mètres… Bon la prochaine fois j’accélèrerai plus tôt !
Le compteur affiche 49’22’’. C’est moins bien que mon RP et moins bien que l’an dernier sur le même parcours (48’34’’). Mais la différence c’est que j’étais encore bien en forme à la fin cette année, je sens vraiment que je suis plus à l’aise sur les longues distances.

Maintenant il me reste plus qu’a faire la même course fois deux et quelques et je validerai mon objectif du semi marathon ! (ambitieux n’est pas ?)
En rentrant je suis passée rendre sa carte bleue à ma voisine. Vous croyez qu’un sourire lui aurait écorché la gueule ? Grognasse

Semaine du 7 au 13 Septembre

Lundi : Repos.

Mardi : Démarrage du fitness au boulot. Je suis officiellement la « petite jeune » (pourtant à 27ans je pensais avoir dépassée ce stade). Apparemment ils avaient même fait des paris sur ma date de naissance, c’est dire à quel point les jeunes sont rares dans les très grosses boites !

Mercredi : En rentrant du boulot j’ai de la rage à revendre, le top pour une séance de fractionnés ! Au programme 7x 30’30 + 6×1’1. Une bonne séance.

Jeudi : Repos

Vendredi : Echec, je sais pas si c’est un virus, la fatigue ou autre chose mais j’ai dû rejoindre mon lit à peine rentrée du boulot… Je commence à me dire que mon 10km de l’horloge de dimanche va êter compliqué.

Samedi: Je me lève toujours aussi crevée avec l’envie de me recoucher. Mais impossible de rester au lit j’ai une session de prévue avec le RedCrewLyon dans le but de faire un repérage sur le parcours du 10km du runInLyon. Juste avant de partir je reçois un sms d’Elise, elle aussi est patraque, ça promet ! J’en suis limite à croiser les doigts pour que personne ne viennent ! Finalement on était 3 et on n’a pas fait le parcours en entier ! Au 7ème km j’étais au bout de ma vie et bien contente de reprendre le métro pour rentrer ! Encore une fois je ne suis pas confiante pour les 10km de l’horloge ^^

Dimanche : 10km de l’horloge ! Et comme j’aime faire durer le suspense : CR à venir !
Pour patienter vous pouvez toujours relire mon CR de l’an dernier : ici

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑